Au Ghana, les mosquées sont invitées à baisser le volume de l’appel à la prière

Les autorités ghanéennes cherchent par tout les moyens à limiter les nuisances sonores dans la capitale Accra. Elles pointent notamment du doigt les mégaphones des muezzins.

Le cœur de la plupart des grandes villes du continent africain est tel une ruche avec son bruit permanent. Trafic chaotique, vendeurs de rue, musique sur hauts parleurs, … Au Ghana, les autorités de la capitale Accra estiment qu’un autre problème cause de la pollution sonore : le bruit des lieux de cultes, et notamment des mosquées.

« Comment se fait-il que la prière ne puisse pas être transmise par SMS ou WhatsApp ? Que l’imam puisse envoyer des messages WhatsApp à tout le monde », a déclaré le 10 avril le ministre de l’Environnement, des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation, le professeur Kwabena Frimpong-Boateng, par ailleurs cardiologue. « Je pense que cela aidera à réduire le bruit. C’est peut être controversé mais c’est quelque chose auquel nous pouvons réfléchir »

Source: msn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *