PR SONGANE MBODJI, DIRECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE

«Iseg est une école de qualité»

Le nouveau directeur de l’Enseignement Supérieur Privé a profité de sa visite dans les locaux de l’Institut Supérieur d’Entrepreneurship et de Gestion (Iseg) pour manifester sa satisfaction sur l’Institut qui selon lui est une école de qualité.

Par Guy René EKANY

Pouvons-nous savoir les motivations de votre tournée dans les instituts privés ?

Je viens d’arriver dans ce département. Etant nouveau, c’est donc normal que je fasse cette visite qui n’est pas technique mais une visite de courtoisie pour faire une connaissance avec les acteurs, des partenaires. C’est pour aussi savoir ceux qu’ils font exactement, partager avec eux nos grandes orientations et aussi recueillir leurs conseils. Nous somme dans une démarche inclusive.

Vous avez visité les campus de l’Institut d’Entrepreneurship et de Gestion (Iseg), quelles sont vos impressions ?  

J’ai fait le campus de Dakar. Je suis venu ensuite aux différents campus de Sacré Cœur. J’ai constaté une très bonne organisation. Il y a une inscription de l’Institut dans la culture de l’offre de qualité. Dans les locaux, les salles de classe sont bien équipées, les toilettes aussi. Le personnel est à l’aise à leur bureau. Je peux dire que c’est une école de qualité. quand on veut rester dans le système de l’enseignement supérieur, que ce soit au Sénégal ou dans le monde, on est obligé de faire de la qualité. C’est un monde qui est compétitif. Il faut assurer la réinsertion des produits et la seule manière  est d’être dans la qualité qui est d’avoir de bons contenue mais aussi un cadre qui répondent aux normes, suivre les apprenants et les aider. 

En général, qu’attendez-vous des établissements privés ?

Ce que j’attends, c’est surtout le respect des procédures. Nous sommes liés par des aboutissements d’enseignement supérieur privés par les textes. Autrement dit, c’est le respect des textes. Sur ce plan, je l’ai dit au président, je me réjoui. Je n’ai pas duré dans le secteur mais il collabore avec son équipe. Je pense qu’ils vont continuer sur cette lancée.

Et de là, qui est-ce que vous comptez y apporter ?

Nous allons maintenir le cap. C’est notre objectif. Mais aussi, nous allons aider le secteur à monter en puissance. Dans la collaboration privée, nous allons définir un plan de carrière pour le personnel enseignant de recherche qui se trouve dans le secteur privé parce qu’ils n’en ont pas. Nous allons faire en sorte que les établissements privés soient reconnus par le Cames. Notre objectif est de faire que l’Etat puisse aider les établissements d’une exonération partielle. Nous allons y travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *